Connexion

icon alerte

 

Carte d'identité

Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz incolore et inodore. Il est produit lors de la combustion incomplète de matières contenant du carbone, stade intermédiaire avant  le stade ultime d’oxydation qu’est le dioxyde de carbone (CO2).

En milieu domestique, il occasionne des intoxications fréquentes et parfois mortelles quand l’oxygénation d’un foyer (poêle, chauffe-eau, …) est insuffisante que ce soit à cause d’une mauvaise alimentation en air frais ou une mauvaise évacuation des fumées.

Présent naturellement dans l’atmosphère, il est également produit par de nombreuses activités humaines comme le chauffage, les transports ou encore l’industrie.

 

Origine de la pollution

Les émissions de monoxyde de carbone sont liées aux phénomènes de combustion. En Wallonie, le secteur résidentiel est le plus gros émetteur de monoxyde de carbone avec une part de 44 % (en 2014). Les secteurs des transports et industriel arrivent en deuxième et troisième positions avec respectivement 28 % et 20 % des émissions. Entre 2000 et 2014, les émissions liées au secteur industriel ont diminué de 94 % pour une diminution de 69 % pour le secteur des transports. Sur la même période, les émissions du secteur résidentiel sont restées assez stables.

 

Effets sur la santé

Quand il est inhalé, le monoxyde de carbone entre dans la circulation sanguine et diminue la quantité d’oxygène transporté par le sang. Le CO a en effet la capacité de déplacer l’oxygène fixé sur l’hémoglobine (qui transporte l’oxygène vers les tissus) pour former de la carboxyhémoglobine (très stable) avec pour conséquence une réduction de l’oxygénation des tissus par diminution de la disponibilité en hémoglobine sachant fixer l’oxygène. Les organes les plus touchés sont les tissus à forte consommation d’oxygène comme le cerveau, le cœur, les muscles ou le fœtus en cas de grossesse. Les effets sont proportionnels à la quantité de carboxyhémoglobine dans le sang : troubles cardiovasculaires, effets neurologiques, maux de tête, vertiges et même, dans les cas extrêmes, coma et décès.

Pour la protection de la population, y compris les groupes à risque, l’Organisation Mondiale de la Santé recommande de ne pas dépasser un taux de carboxyhémoglobine de 2.5 à 3 %.

 

Effet sur l'environnement

Le monoxyde de carbone peut participer au mécanisme de formation de l’ozone. En présence d’oxydants photochimiques, il s’oxyde en dioxyde de carbone et contribue ainsi à l’effet de serre.

 

Situation wallonne

En Wallonie, le monoxyde de carbone est un polluant qui ne pose aucun problème de respect de la norme européenne en vigueur. De même, les concentrations en monoxyde de carbone sont bien en-dessous des valeurs guides de l’Organisation Mondiale de la Santé.

  

Méthode de messure

Le monoxyde de carbone est mesuré en continu et en temps réel à l’aide de moniteurs utilisant la technique NDIR (infra-rouge non dispersif).

La protection de vos données est notre priorité. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies qui nous permettent de vous fournir des données de qualité, nous assurer du bon fonctionnement du site et en mesurer l’audience.
J'ai compris