Connexion

icon alerte

Les réseaux de surveillance de la qualité de l’air ambiant en Wallonie

Les réseaux de surveillance de la qualité de l’air ambiant peuvent être typiquement classés en trois catégories : le réseau télémétrique, les réseaux non-télémétriques et le réseau mobile.

Le réseau fixe en temps réel 

Il mesure en continu différents polluants par le biais d’analyseurs de référence situés dans vingt-quatre stations (en 2019) réparties sur l’ensemble du territoire de la Wallonie. Les polluants mesurés sont les suivants : le dioxyde de soufre, le monoxyde et le dioxyde d’azote, le monoxyde de carbone, l’ozone, le mercure gazeux, le « black carbon » et les particules en suspension (PM10 et PM2,5). Ce réseau enregistre également des paramètres météorologiques tels que la vitesse et la direction des vents, la température, la pression, l’humidité relative et la quantité de précipitations.

Les réseaux en différé

Ces réseaux étudient, sur la base de prélèvements opérés in situ et d’analyses menées en laboratoire, divers polluants tels que les fumées noires, les composés organiques volatils et les hydrocarbures aromatiques polycycliques, les poussières sédimentables, les métaux lourds dans les particules en suspension, les fluorures (particulaires et gazeux), le mercure et les retombées humides.

Le réseau mobile

Ce réseau est destiné à mesurer la pollution dans des zones peu étudiées, ou présentant une pollution que l’on souhaite mieux caractériser, tant au niveau des polluants émis, qu’au niveau de leur distribution spatiale. Il rassemble les techniques de prélèvement et d’analyse des deux autres réseaux cités précédemment.

Pour en savoir plus : www.issep.be/qualite-de-lair/ mais aussi sur notre channel YouTube ISSEP WEB TV

La protection de vos données est notre priorité. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies qui nous permettent de vous fournir des données de qualité, nous assurer du bon fonctionnement du site et en mesurer l’audience.
J'ai compris